Sites hospitaliers

Centre hospitalier de l’Université de Montréal

Département de radiologie

Chef hospitalier : Dr Vincent Oliva

Le Département de radiologie du CHUM est muni d’un plan d’effectifs de 49 radiologues qui s’investissent de manière dynamique pour répondre aux missions d’un grand centre universitaire. Le Département de radiologie du CHUM est structuré en six sections ou services : la radiologie du sein, la radiologie cardiothoracique, la radiologie abdominale et pelvienne, la radiologie musculosquelettique, la neuroradiologie diagnostique et interventionnelle, et la radiologie vasculaire et interventionnelle. Cette structure implique un travail en surspécialité et permet de développer une expertise clinique de haut niveau, de dispenser un enseignement pointu et de maintenir des programmes de recherche et d’évaluation des nouvelles technologies. Travaillant en partenariat avec le Centre de recherche du CHUM nouvellement livré et avec l’Université de Montréal, l’équipe de radiologues du CHUM développe de nombreux axes d’excellence clinique et académique, bien arrimés avec les priorités de l’institution et du réseau de la santé.

Le Département de radiologie du CHUM accueille annuellement plus de 60 étudiants en médecine, forme environ 44 résidents en spécialité et 14 fellows en surspécialité. Les différents programmes d’évaluation et de recherche assurent à l’équipe de radiologues une visibilité tant sur la scène provinciale comme leaders en enseignement continu que sur la scène internationale grâce aux publications et activités de rayonnement. Le mégaprojet du nouveau CHUM, dont l’ouverture est prévue en 2016, promet de dynamiser davantage l’excellence clinique et la vie académique des professeurs et chercheurs grâce à une meilleure synergie interdisciplinaire.

Département de radio-oncologie

Chef hospitalier : Dr David Roberge

Le Département de radio-oncologie du CHUM est établi au sein du Centre Intégré de Cancérologie du CHUM (CICC) au centre-ville de Montréal. Le Département s’articule autour d’un plateau technique unique au monde et d’une équipe dynamique et innovante. Le plateau technique met l’accent sur l’imagerie en radio-oncologie. Les activités cliniques se concentrent sur la prise en charge de cas complexes (ORL, SNC, oncologie pédiatrique, stéréotaxie, etc.) que ce soit par curiethérapie, radiochirurgie, téléthérapie ou isotopes.

Le Département de radio-oncologie du CHUM intègre l’enseignement des externes, des médecins résidents, des technologues en stage et des étudiants inscrits en physique médicale. De plus, le CHUM accueille les résidents en physique médicale et les fellows en surspécialité de la radio-oncologie. Tout ceci est sans compter l’enseignement aux professionnels paramédicaux et les stages de toutes sortes, dont ceux offerts aux étudiants en génie.

Le programme de recherche intègre un spectre d’activités allant du fondamental (sénescence, prédiction de la réponse, algorithmes de calcul de dose,  apprentissage machine ou segmentation fonctionnelle de l’imagerie) à la clinique (essais de Phase I-IV locaux, nationaux et internationaux, académiques et industriels).

Service de médecine nucléaire

Chef hospitalier : Dr Michel Picard

Les dix nucléistes qui œuvrent en médecine nucléaire au CHUM offrent le principal pôle de formation des résidents en médecine nucléaire au Québec.

À cette fin, les nucléistes du CHUM offrent pratiquement toute la panoplie des investigations et des thérapies disponibles en médecine nucléaire.

En plus de viser l’excellence en médecine nucléaire générale, le service de médecine nucléaire du CHUM possède les trois champs d’expertise suivants : imagerie du cancer, imagerie neurologique et thérapie.

En imagerie du cancer, le département offre une imagerie de pointe, que ce soit par l’investigation par TEP-TDM au FDG (tomographie par émission de positrons), l’imagerie à l’Iode-131 ou l’imagerie neuroendocrine (MIBG et Octréotide). Un projet de recherche couvre l’imagerie du cancer de la prostate (analogue F-18 du PSMA). Un autre devrait couvrir bientôt l’imagerie TEP des tumeurs neuro-endocrines au Gallium-68 DOTA.

Le CHUM possède une expertise particulière dans l’évaluation des atteintes neurologiques dégénératives et possède l’un des rares laboratoires d’évaluation de l’épilepsie avec imagerie en médecine nucléaire. Environ 35 examens neurologiques dédiés sont effectués chaque semaine, y compris l’imagerie au F-18 Florbetaben pour l’imagerie des plaques ß-amyloïdes cérébrales.

Le service de thérapie de la médecine nucléaire du CHUM est l’un des plus actifs au Québec et offre une panoplie de thérapies par sources non scellées, incluant les thérapies de l’hyperthyroïdie, du cancer de la thyroïde, des tumeurs neuroendocrines, des métastases osseuses douloureuses, des arthrites rebelles aux traitements conventionnels et la destruction par radio-embolisation ciblée des métastases hépatiques.

Les nucléistes du CHUM réalisent annuellement tous les examens courants de médecine nucléaire générale en plus de 8000 examens par tomographie par émission de positrons. En ce domaine s’est récemment ajoutée la possibilité d’effectuer des études quantitatives de la perfusion myocardique au NH3. Dans la panoplie des services offerts devrait bientôt s’ajouter un volet thérapeutique des tumeurs neuro-endocrines à l’aide du Lutétium DOTAtate.

CHUM
1000, rue Saint-Denis
Montréal (Québec)  H2X 0C1
Téléphone : 514 890-8180


Hôpital Maisonneuve-Rosemont

Département de radiologie

Chef hospitalier : Dr Michel Dubé

Le Département de radiologie de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, affilié à l’Université de Montréal, comprend 19 radiologues impliqués non seulement dans la prestation de soins spécialisés à sa clientèle, mais également dans plusieurs activités académiques, incluant la recherche et surtout l’enseignement aux étudiants. Nous recevons régulièrement des résidents en radiologie et hors programme sans oublier l’externat qui bénéficie d’un encadrement et d’un soutien constant.

Outre nos axes d’excellence reconnus en néphrologie, hématologie et ophtalmologie, la mission de notre établissement favorise le développement d’activités spécialisées en oncologie et tous les secteurs de l’imagerie médicale contribuent à offrir une expertise de qualité à nos patients et consultants. Parmi ceux-ci nous retrouvons la radiologie abdominale incluant l’échographie, l’imagerie cardiothoracique, le musculosquelettique, l’angio-intervention, la neuroradiologie et l’imagerie du sein.

La forte densité de population desservie par notre hôpital constitue un avantage indéniable en termes d’exposition pour nos étudiants. Cette valeur ajoutée leur permet ainsi d’évoluer au sein d’un milieu stimulant et enrichissant.

Département de radio-oncologie

Chef hospitalier : Dr Benoit Laliberté

Le Service de radio-oncologie de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont a été ouvert dans les années 60. Après une première phase d’agrandissement en 1985, il a atteint sa taille actuelle en 2009 avec l’achèvement de la deuxième phase. Au total, on compte sept appareils de traitement, plus un appareil d’orthovoltage et un appareil dédié à l’irradiation pancorporelle. Les techniques à la fine pointe (VMAT, stéréotaxie, planification et traitement en 4D)  sont utilisées couramment. La technique de curiethérapie interstitielle à haut débit de dose pour le traitement du cancer de la prostate est offerte depuis 2018. Le centre étant affilié à l’Université de Montréal, physiciens, médecins et technologues accueillent chaque année des externes, résidents, étudiants à la maîtrise et élèves du cégep. Le département a aussi une longue tradition de recherche fondamentale et clinique et qui se développe chaque année. Cela crée un milieu académique stimulant, dynamique, à la frontière de l’hôpital régional et d’un centre hyperspécialisé.

Département de médecine nucléaire

Chef hospitalier : Dr Sylvain Beaulieu

Le Département de médecine nucléaire de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont est un centre affilié  à l’Université de Montréal. Cinq nucléistes travaillent au sein du département. L’ensemble des examens diagnostiques de médecine nucléaire est offert en mode planaire, SPECT-CT et TEP-CT.

Le département dispose d’une caméra TEP-CT et réalise plus de 5000 études oncologiques par an. Du côté conventionnel, nous disposons de quatre caméras SPECT-CT, d’une caméra dédiée de type CZT et d’un laboratoire réalisant les marquages cellulaires (globules rouges et leucocytes) et effectuant la recherche d’Hélicobacter pylori.

Le Département de médecine nucléaire offre à ses cliniciens et à l’ensemble des malades, une panoplie d’examens; les domaines de pointe de HMR, tels l’oncologie, la greffe rénale, l’orthopédie et la cardiologie bénéficient des examens d’imagerie nécessaires au suivi des malades.

Le Département de médecine nucléaire accueille et donne l’enseignement aux étudiants en médecine sous diplômés et diplômés, ainsi qu’aux résidents du programme de médecine nucléaire de l’Université de Montréal.

Hôpital Maisonneuve-Rosemont
5415, boulevard. de l’Assomption
Montréal (Québec)  H1T 2M4
Téléphone : 514 252-3400


Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal

Département d’imagerie médicale : services de radiologie et médecine nucléaire

Service de radiologie

Chef hospitalier : Dr Yannick Cartier

L’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal est un centre de traumatologie de niveau 1 qui offre des soins spécialisés et surspécialisés à la population. Le Département d’imagerie médicale de l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal est un centre universitaire affilié à l’Université de Montréal où travaillent 16 radiologues et 4 nucléistes.

La vocation principale de l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal comme centre de traumatologie a permis au Département d’imagerie médicale de développer une expertise unique dans les domaines de l’imagerie musculosquelettique et de la radiologie interventionnelle. De plus, nous possédons une expertise en cardiologie et pneumologie qui sont deux des grands axes de développement de l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal. L’expertise en neuroradiologie est particulièrement appuyée par la présence d’un centre de recherche ainsi que par l’expertise hospitalière en matière de la médecine du sommeil et de la neurotraumatologie. En plus de la traumatologie, l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal a aussi une clientèle importante en oncologie, ce qui permet une excellente exposition dans toutes les sphères de l’imagerie médicale à visée oncologique.

En tant que centre hospitalier universitaire affilié, nous accueillons une moyenne de 25 à 30 résidents annuellement; résidents en radiologie diagnostique, résidents en médecine nucléaire et de nombreux résidents hors programme. De plus, nous accueillons un bon nombre d’externes dans les sphères d’activités ci-haut mentionnées.

Service de médecine nucléaire

Chef hospitalier : Dre Valérie Levert

Description du stage en bref

Le service de médecine nucléaire de l’hôpital du Sacré-Cœur de Montréal est un centre affilié universitaire où travaillent 4 nucléistes.  Le service est le plus important dans le nord de l’Île de Montréal et dispose des techniques d’imagerie SPECT-CT et  SPECT.

Un nouveau service ouvrira en 2020 offrant également la technologie TEP-CT. Le service de thérapie de l’hôpital du Sacré-Cœur est également très actif et offre un éventail de thérapies par sources non scellées, incluant les thérapies du cancer de la thyroïde,  les thérapies de l’hyperthyroïdie, ainsi que les thérapies alpha pour les métastases osseuse douloureuses et pour les lymphomes.  Les techniques de laboratoire de marquage cellulaire aux globules rouges et leucocytes et la recherche d’Hélicobacter pylori sont également disponible.

L’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal est un centre reconnu en oncologie pulmonaire tertiaire, traumatologie et cardiologie, et offre en conséquence des opportunités spécifiques dans ces domaines.

Le Service de médecine nucléaire offre aux médecins résidents un stage de médecine nucléaire générale permettant l’accès à l’ensemble de son plateau technique, incluant les laboratoires de radio-pharmaceutiques, les salles de mise en image deux caméras SPECT-CT et deux caméras SPECT, laboratoire d’effort/stimulation pharmacologique cardiaque.

Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal
5400, boulevard. Gouin Ouest
Montréal (Québec)  H4J 1C5
Téléphone : 514 338-2222

CHU Sainte-Justine

Département d’imagerie médicale

Chef hospitalier : Dre Chantale Lapierre

Le Département d’imagerie médicale (DIM) au CHUSJ est un service de soutien sous la direction des Affaires médicales et universitaires (DAMU). L’imagerie médicale offre plusieurs technologies dont la radiopédiatrie, l’échographie (pédiatrique et obstétricale), l’angiographie interventionnelle, l’ostéodensitométrie pédiatrique, la tomodensitométrie, l’imagerie par résonance magnétique (IRM), la médecine nucléaire, incluant la tomographie par émission de positrons (TEP) ainsi que des champs d’expertises plus spécifiques comme les anomalies vasculaires, l’imagerie fœtale, la neuroradiologie, l’imagerie cardiaque et la radiologie interventionnelle. L’équipe de l’imagerie médicale est composée de onze radiopédiatres avec expertise de pointe, deux nucléistes, un physicien médical et 150 employés de onze différents titres d‘emploi.

CHU Sainte-Justine
3175, chemin de la Côte-Sainte-Catherine
Montréal (Québec)  H3T 1C5
Téléphone : 514 345-4931


Institut de cardiologie de Montréal

Département de radiologie et de médecine nucléaire

Chef du département :                                  Dr Pierre Robillard
Chef du service de médecine nucléaire :   Dr François Harel

Le département comprend depuis 2016 les services de radiologie et de médecine nucléaire.

Cinq radiologues et trois nucléistes sont membres actifs du département unifié.

SERVICE DE RADIOLOGIE

Groupe médical :

  • Dr Donato Terrone :

Arrivé en 2014 suite à un fellowship à l’Université de Stanford de Californie.
Formé en imagerie cardiaque CT et IRM.
Professeur chargé d’enseignement clinique à l’Université de Montréal.
Responsable local du programme de résidence en radiologie.

  • Dre Julie Robillard :

Arrivée en 2014, suite à une année de fellowship à l’Université d’Ottawa.
Formée aussi en imagerie cardiaque CT et IRM.
Professeur chargée d’enseignement clinique à l’Université de Montréal.
Responsable locale de l’externat.

  • Dre Magali Pham :

Arrivée en juillet 2015, suite à un fellowship à l’Université Harvard.
Formée en CT cardiaque et thoracique et aussi IRM générale.
Professeur adjoint de clinique à l’Université de Montréal.

  • Dr Pierre Robillard :

Arrivé en juillet 2015, venant du CHUM.
Spécialisé en échographie-Doppler.
Professeur agrégé de clinique à l’Université de Montréal.
Chef du département.

  • Dre Stéphanie Tan :

Arrivée en juillet 2017. Spécialisée en CT et IRM cardiaque après une formation complémentaire au Montefiore Hospital de New-York (Albert Einstein School of Medecine).
Professeur adjoint de clinique à l’Université de Montréal.
En charge du volet recherche pour le secteur radiologie

Équipements :

Le secteur de radiologie de l’Institut de cardiologie de Montréal est très bien équipé en appareils récents de haute technologie.

  • PACS McKesson avril 2016
  • Deux IRM cardiaques (1.5 et 3 Tesla) (2005 et juillet 2012)
  • Deux CT-scan (2015 et 2018)
  • Trois appareils d’échographie Doppler récents (2011 et 2015)
  • Une salle de graphie numérique (2016)
  • Une salle de conférence bien équipée dans le département (2016)

Enseignement :

Depuis 2015, le service de radiologie offre des stages optionnels en échographie-Doppler.

A compter de 2018-2019, introduction d’un stage de radiologie obligatoire d’un mois consacré au Doppler et à l’imagerie cardiaque.

Depuis 2017, des stages optionnels à l’externat sont disponibles.

Recherche :

Les membres du département s’impliquent dans des projets de recherche clinique et il y a d’importants développements à venir, en particulier en IRM.

Une remarquable collaboration avec le Centre de recherche de l’Institut de cardiologie de Montréal laisse entrevoir d’immenses possibilités en recherche.

SERVICE DE MÉDECINE NUCLÉAIRE

Le Service de médecine nucléaire connaît une croissance importante depuis quelques années : ses espaces ont été doublés et le parc d’équipements est complètement renouvelé. Deux appareils SPECT-TDM et deux TEP-TDM ont été acquis depuis 2014.  Une caméra mobile, dédiée principalement aux ventriculographies isotopiques, complète le parc d’équipements.

Plus de 2500 examens de perfusion myocardique en modalité TEP/TDM sont effectués chaque année. À cela s’ajoute plus de 500 examens TEP/TDM pour l’étude de la viabilité myocardique et la recherche d’infection de dispositifs cardiaques implantés (pacemaker, défibrillateurs, valves prosthétiques et cœurs mécaniques). De plus, le dépistage et l’évaluation de la sarcoïdose et de l’amyloïdose cardiaque est forte croissance.

L’ICM possède un laboratoire fondamental en médecine nucléaire dirigé par le Dr François Harel, incluant une caméra SPECT pour l’imagerie animale, des installations pour le marquage de produits radio-pharmaceutiques à faible et haute énergie ainsi qu’un laboratoire d’analyse d’études multicentriques. Un appareil TEP-TDM animal sera installé sous peu. Fort d’une nouvelle subvention FCI, ce laboratoire fera l’acquisition d’un nouveau UHPLC/MS avec double détecteurs radiométrique ainsi qu’une unité de radiomarquage automatisée. Des générateurs 68Ge/68Ga pour les cinq prochaines années compléteront cette infrastructure.

Trois nucléistes, les Drs Jean Grégoire, Matthieu Pelletier-Galarneau et François Harel œuvrent à temps plein au Département.

Institut de cardiologie de Montréal
5000, rue Bélanger
Montréal (Québec)  H1T 1C8
Téléphone : 514 376-3330
Télécopieur : 514 593-2540